Archive pour mai 2014

Campagne contre la caisse unique

Samedi 24 mai 2014

LancĂ©e depuis longtemps, la campagne du «non» est repartie de plus belle avec l’annonce mercredi de la date du scrutin. Une autre organisation de professionnels de la santĂ© exposera ses arguments contre le texte de la gauche lundi.

L’Alliance santĂ© rĂ©unit des reprĂ©sentants des partis de droite, des mĂ©decins, des assureurs ou des hĂ´pitaux. Elle avait dĂ©jĂ  dit au printemps tout le mal qu’elle pense du texte de la gauche. Elle affirme aujourd’hui que plus des trois quarts des assurĂ©s payeront leurs primes plus chères.

Un problème de traduction

L’expertise du professeur Ueli Kieser, vice-directeur de l’Institut de droit de l’UniversitĂ© de St-Gall, met en Ă©vidence une importante diffĂ©rence entre les textes français et allemand de l’initiative pour une caisse unique. Les versions latines indiquent simplement que «les primes sont fixĂ©es par canton» alors que l’allemand parle de primes uniformes («einheitliche Prämien»).

Or, selon une interprĂ©tation gĂ©nĂ©ralement admise, c’est la version la plus spĂ©cifique qui prĂ©vaut, d’après le professeur. Lors de l’examen du texte par le Parlement, cette diffĂ©rence n’est pas apparue. En commission, les discussions ont Ă©tĂ© menĂ©es sur la base du texte allemand, a dit devant les mĂ©dias la conseillère nationale Isabelle Moret (PLR/VD), membre de la commission de la santĂ©.

Le texte a toutefois Ă©tĂ© dĂ©posĂ© par le comitĂ© d’initiative en français Ă  la Chancellerie fĂ©dĂ©rale, a prĂ©cisĂ© la conseillère nationale Jacqueline Fehr (PS/ZH), membre dudit comitĂ©. La socialiste a assistĂ© Ă  la confĂ©rence de presse.

Pour la Chancellerie, interrogĂ©e sur cette divergence, toutes les versions se valent après l’examen prĂ©liminaire. Ce sont les services linguistiques de la Chancellerie qui sont responsables de la traduction des initiatives. Les textes sont ensuite soumis au comitĂ© d’initiative et dans ce cas, il n’y a pas eu de diffĂ©rence, a prĂ©cisĂ© Ă  l’ats son porte-parole. En cas d’acceptation, il revient de toute façon au Parlement de dĂ©cider de la mise en oeuvre du texte dans le dĂ©tail.

Application anticipée

Pour Alliance santĂ©, l’interprĂ©tation de l’article constitutionnel en allemand suffit Ă  anticiper la loi d’application. Les primes seront identiques pour tous dans un mĂŞme canton. Il en sera fini de la diffĂ©renciation entre villes et campagnes.

Les enfants et les jeunes jusqu’Ă  25 ans payeront autant que les adultes. Ce sont surtout les familles de la classe moyenne qui n’ont pas droit Ă  des rĂ©ductions de primes qui passeront Ă  la caisse. Les cĂ©libataires et ceux qui ont aujourd’hui la franchise la plus basse Ă  300 francs devraient en revanche sortir gagnants, affirment les opposants.

Vaines promesses

Selon les calculs d’Ueli Kieser, une famille de quatre personnes dans un canton aux primes se situant dans la moyenne, avec des franchises de 1500 et 300 francs pour les parents, payera 81% de primes en plus qu’aujourd’hui. Pour le coprĂ©sident d’Alliance santĂ©, l’ex-prĂ©sident du PDC Philipp Stähelin, les assurĂ©s n’auront plus aucune motivation Ă  se comporter d’une façon responsable et soucieuse des coĂ»ts en matière de santĂ©.

Et Alliance santĂ© d’affirmer que les auteurs de l’initiative font de vaines promesses lorsqu’ils dĂ©clarent que la caisse unique permettra d’avoir un système de santĂ© plus avantageux et juste. Les initiants contestent cependant l’expertise.

Expertise de complaisance

«Le lobby des caisses et leurs reprĂ©sentants politiques cherchent Ă  effrayer, par la commande d’une Ă©tude de complaisance, probablement payĂ©e par nos primes, qui tente d’installer mensonges et contre-vĂ©ritĂ©s», ont rĂ©agi les initiants. Il est tout simplement faux de prĂ©tendre que la caisse publique supprimerait la possibilitĂ© de proposer des modèles de mĂ©decin de famille - ceux-ci deviendront mĂŞme des standards - et des franchises, ajoutent-ils.

Les enfants et les jeunes adultes pourront Ă©videmment toujours bĂ©nĂ©ficier de primes meilleur marchĂ©, a dĂ©clarĂ© Jacqueline Fehr. Il est difficilement imaginable que le Parlement choisisse la plus mauvaise application possible de l’initiative si celle-ci devait ĂŞtre adoptĂ©e. Seules les diffĂ©rences rĂ©gionales au sein d’un mĂŞme canton seront supprimĂ©es dans un souci de solidaritĂ©, ce que souhaite aussi le Conseil fĂ©dĂ©ral, prĂ©cise Mme Fehr.
(ats/Newsnet)
Source: Le Matin du 23 mai 2014
Notre position:
Si le peuple Suisse accepte la caisse unique, elle apprendra vite qu’elle a choisi la caisse cynique. Tout le monde est d’accord pour dire que les primes ne baisseront pas, au contraire. Sommes-nous assez inconscients pour opter pour un système Ă©tatique, sans concurrence ? Je ne connais aucun pays oĂą les gens sont satisfaits avec un système oĂą les dĂ©lais d’attente pour les soins sont très longs, la qualitĂ© nettement infĂ©rieure Ă  ce que l’on connaĂ®t. Il est très facile de critiquer le système actuel qui mĂ©rite pourtant des amĂ©liorations. C’est sur ce point qu’il faut travailler et non sur les illusions d’un système unique et cynique.
Gilbert Michel, conseiller indépendant