L’impôt sur la valeur locative, une aberration

Pour répondre au courrier des lecteurs du 5 septembre 2012, signé Christophe Schouwey, je me permets de réagir à ses invraisemblables propos. Selon ses dires, un propriétaire gagne obligatoirement davantage qu’un locataire, simplement parce qu’il a qualité de propriétaire. Il y a donc lieu de le punir d’une taxe appelée valeur locative parce que, toujours selon l’exemple cité, le locataire travaillerait plus pour gagner moins. Je cite « le propriétaire bénéficie d’un supplément de revenu car il jouit de son propre logement sans que sa valeur ne diminue… », excusez du peu. La conclusion est encore plus délicieuse mais je vous en fais grâce. Ce lecteur sait-il combien d’efforts et de sacrifices il faut pour devenir propriétaire de son logement. Tous les propriétaires ne sont pas des millionnaires. Beaucoup dans ce pays ont travaillé jusqu’à la retraite pour espérer enfin vivre paisiblement dans leur maison payée à la sueur de leur front et voilà qu’à cause d’une valeur locative injuste et démesurée, ils doivent renoncer à leur bien, faute de moyens. Il n’y a pas que l’intérêt hypothécaire à régler, il y a l’entretien, les charges, les taxes et autres impôts. Tout cela est beaucoup plus important que pour un locataire. De plus, vous prétendez que la valeur de propriété ne diminue pas. Ne lisez-vous pas les journaux et avez-vous une mémoire sélective quand on vient de sortir d’une énorme crise dans ce domaine, notamment aux USA. Il y a plus d’honneur que de honte à être propriétaire, la honte c’est surtout ce principe de vouloir anéantir toute liberté en créant des taxes et des surtaxes qui n’ont aucun sens. Demandez-vous simplement pourquoi en Suisse, il y a si peu de propriétaires ? A bon entendeur.
Gilbert Michel Romont - Source LA LIBERTE DU 10.9.12

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.